Les maux du coeur

Ce blog est destiné à partager des écrits, poèmes, nouvelles, avec tout le monde

28 mai, 2008

Ma rage

Classé dans : Liens — forcat @ 19:21

untitled1.bmp

J’ai déposé le voile qui étouffait ma rage

pour embaumer les sages

qui la racontent sans aucune rage.

Je n’ai pas choisi d’être sage

ni de croire à ce mirage

jen’ai pas choisi d’encrage

je voulais juste changer de plumage

car je voulais vendre mes pages

pour mettre fin au carnage.

Seu face à l’orage

j’ai façonné mon visage

pour qu’à travers les feuillages

on contemple mes yeux scintillants de rage.

Je ne suis plus l’homme volage

qui voulait t’enfermer dans une cage

je ne suis plus cet ouvrage

qui dissimulait ses outrages

je ne suis plus celui qui sacage

qui chaque jour te ravage

je suis celui qui te veux en héritage

pour fuir ce voisinage.

Ma rage,

Ma rage,

je n’ai qu’en faire au fil de l’âge.

sylvie Porthos

22 mai, 2008

Silence…

Classé dans : Liens — forcat @ 17:13

8xhfc4db.jpgIl est des temps où nous sommes tous aveugles,

avides et innocents de la vie,

c’est comme une renaissance, c’est la découverte du monde.

Silence,

c’est le silence autour de moi, et quelque chose bat, frappe,

ce n’est pas anodin, ce n’est pas insolent,

c’est juste…

C’est juste, un coeur qui bat,

une vie qui combat, loin des fracas meurtrier de la vie.

sylvie Porthos

Classé dans : Liens — forcat @ 16:57

untitled.bmpNous sommes,

deux esprits qui se rencontrent,

deux coeurs qui se cherchent

cachés dans la pénombre de la vie.

Nous sommes deux êtres délaissés qui s’écroulent,

se construisent, se démolissent,

ivres de fondations solides.

Nos lèvres se complaisent de sentiments

nos mains se frôlent, se caressent,

saisissant au vol la tendresse

et nos yeux ont gardé prisonnier

l’étendu de lhorizon.

Rien n’est plus beau que ces mots que tu m’as dit quand tu te sentais si sot.

C’est à travers tes rivages que je me suis saisi de ton ancre

parée à embarqué pour une destination inconnue

soumise au voeu de satisfaire te désirs.

Le temps nous reprend sans affronts dans les bras de la vie

pour éteindre le froid de nos larmes

et je ne doute pas que nous avons les armes

car même si aujourd’hui tout chavire

il nous appartient de le dire,

car nous avons appris la bible de notre vie sans souiller nos souvenirs.

Le feu qui nous a nourrit d’espérance

a su enraciner la délivrance

et chaque sourire que tu me donne est une fleur de ce jardin innocent

chaque larme, une épine déchirante qui nous sépare

mais je crois en toi, en nous,

parce que le soleil se lève toujours du côté de ceux qui rêvent.

sylvie Porthos

 

 

 

 

 

 

Et si tu étais ma résurrection…

Classé dans : Liens — forcat @ 16:29

495135574small.jpgIl m’a éveillé à la vie

sorti du lit de la mort qui m’avait enseveli

il a assombrit les cauchemards de mes nuits

et m’a déposé dans les bras de la vie.

Je me suis endormi dans le lit amer qui m’avait enlevé à la vie

sans répits, sans bougies,

j’ai lutter de toute mon âme

pour ne pas suivre la belle dame.

Silencieuse, elle s’enfuit un peu plus

chaque fois que je caresse le ciel

et que l’amour me chuchotte que je ne vis plus avec elle.

Porthos sylvie

Et si tu étais ma mère…

Classé dans : Liens — forcat @ 15:45

10610.jpgIl n’y a rien de plus doux qu’une mère

de plus précieux que son Amour

il n’y a rien de plus tendre que la chaleur de ses bras

que la délicatesse de ses gestes

Il n’y a rien de plus triste que de voir pleurer sa mère

de plus touchant que de la prendre dans ses bras

pourtant ici ou ailleurs

une mère est souvent un rêve inachevé

qui s’écoule doucement à travers nos pensées

et même si le rêve trouble notre réalité

la liberté d’être mère c’est aussi la liberté de se laisser aimer

quelque soit les maux, les passions, les dangers

c’est le seul rocher inaccessible qui donne la vie.

canopée

 

Statue de coeur

Classé dans : Liens — forcat @ 15:25

5f72ugm0.gifJ’ai défait les lacets de ton coeur

pour capturer avec délicatesse

la flamme qui fait chavirer mon coeur.

J’ai défait la couture de tes lèvres

pour envelopper tes mots

dans une soie parfumée.

j’ai cousu les plaies béantes de ton coeur

pour saupoudré ton corps de ma présence

et j’ai façonné ton être

pour y bâtir le temple de notre AMOUR.

Rien ne t’enlèvera à moi

tu es cette partie de moi

qu’aucun Roi ne convoitera

tu es cette partie de moi

qui veut croire en toi.

 

Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Franck Bellucci |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes mots...
| leidgens
| Une passionnée...à la plume...