Les maux du coeur

Ce blog est destiné à partager des écrits, poèmes, nouvelles, avec tout le monde

13 juin, 2008

Nombril de ma vie

Classé dans : Liens — forcat @ 0:12

amrindien.jpgOn m’a parlé de mon pays

pour m’enfuir de l’oubli

pour revenir à la vie

On m’a parlé de mon pays

car depuis longtemps je n’ai pas souri

On m’a parlé de mon pays

et je suis resté ébahi

quand mon père m’a dit

tout ce qu’on lui apprît

On m’a parlé de mon pays

quand les âmes ont surgi

quand l’écume a meurtri

et que tous les fruits ont pourri.

On m’a parlé de mon pays

pour que je lui redonne vie

pour être ce que je suis

sans oublier ceux qui l’ont construit.

On m’a parlé de mon pays

pour l’aimer sans un cri

pour étouffer le mépris

car nous sommes seuls à en être épris.

Je n’ai pas volé ce que tu m’as pris

parce que jai aimé ce que tu as maudit

et sans crainte j’ai construit

ce que tu as démoli

car il n’y a pas d’armes dans mon nid

pas de larmes, ni de cri

le silence qui nous meurtri

étouffe lentement sans un bruit

l’Amour qui me purifie

la main qui fait crédit

et dans le choeur amère

je me souviens de ma mère,

de sa marche funèbre

vers le noir, les ténèbres.

On m’a parlé de mon pays

du lacet noir qui rugit

des jolis dos meurtris

de ces danses qui s’enfuient

et dont le cri toujours retentit.

On m’a parlé de mon pays,

d’un peuple anéanti

d’une culture épanouie,

celle de la pluie, cele de la vie.

On m’a parlé d’un pays

où le sang est inscrit

comme le messager d’un ami

On ‘a parlé de mon pays

pour que jamais je n’oublie

On m’a parlé de mon pays comme un coin de paradis

on m’a parlé de mon pays

celui là où j’ai grandit

celui où ils ont perdu leurs paris

de nous convertir à leur vie

pour multiplier leurs profits.

On m’a parlé d’un pays,

de mon pays,

celui là où je vis

d’où je suis parti

pour que jamais je n’oublie

que là où je suis il survit

enchaîné à mon être

épargné de mon mal être.

On m’a parlé de mon paysde ce pays qui a vu naître

des hommes et des maîtres

pour que jamais ne naissent

la peur des traitres

la peur de naître

la peur de l’être

celle que chaque jour j’ai vu naître.

Sylvie Porthos

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Franck Bellucci |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes mots...
| leidgens
| Une passionnée...à la plume...