Les maux du coeur

Ce blog est destiné à partager des écrits, poèmes, nouvelles, avec tout le monde

17 août, 2008

Une petite nouvelle…

Classé dans : Liens — forcat @ 4:41

956636.jpgLe monde ne revêt sa plus belle robe qu’aux plus belles occasions. Il existe un lieu, où seuls les enfants innocents sont conviés à la grande parade de lumière, où l’illusion, la magie et le rire sont les seuls compagnons. 

Au-delà des frontières du monde et de l’absurdité, s’éveille un monde fantastique qui ne brille que les nuits de pleine lune. Josué, un petit homme à la crinière colorée s’apprête à recevoir Zoé, l’angelot au regard éteint. Après des années de chagrins et de malheurs, elle avait rencontré Josué sous la pluie dans un coin d’immeuble à moitié démoli. Affolée, elle resta figée sans rien dire, comme hypnotisée, son regard ne portait que sur la crinière bizarre de cet inconnu venu lui aussi s’abriter. 

Voyant son regard inquiet, Josué l’interpella : -          Bonsoir petite, que fais-tu donc à cette heure tardive dans la rue ? 

Timide mais confiante, elle rétorqua : -          C’est aussi ma maison, je n’ai rien et personne ne s’inquiète pour moi. 

Josué interloqué par cette réponse la fixe longuement puis lui dit : 

-          je suis sûr que quelqu’un voudra bien de toi, mais pour cela il faut que tu me promettes d’être sage. 

L’enfant acquiesça et après un grand sourire, lui tendit la main en séchant ses yeux inondés de larmes. La pluie s’étant interrompue, Josué et Zoé se dirigent vers la ville sombre et déserte. Il n’y a que le chant du vent froid qui entame une valse effrénée. Encore deux coins de rue et on y est, là au moins tu seras bien au chaud et tu mangeras à ta faim. 

Bien qu’étonnée de voir qu’un étranger s’intéresse à ses peines, Zoé ne peut s’empêcher de jeter un regard furtif de temps en temps en direction de Josué. Il est si étrange, avec ses drôles de cheveux et sa longue veste toute raccommodée. Qui peut-il bien être ? Pourquoi veut-il m’aider ? Je ne suis qu’une petite fille… une pauvre gamine comme disait tante Eléonore. 

A mesure qu’ils s’approchaient, la petite fille serrait de plus en plus fort cette main chaleureuse qui la guidait vers cette famille inconnue. Jamais le temps n’avait paru si rapide et dans ce silence mortuaire, le froid glacial, la faim avait laissé place à l’angoisse. Comme pour rompre la monotonie, ou surmonter ses craintes, Zoé fredonne sa chanson préférée. Josué intrigué par ce chant inattendu, relève pour la première fois le chapeau marron qui s’enfonce jusqu’à ses yeux et pour la première fois, il s’émeut de l’immense tendresse que dégage sa voix douce et chaude. 

Comment le monde peut-il rester aveugle et sourd devant tant d’innocence, elle est l’ange de la vie vêtue de haillons et de désespoir. Je ne pourrais jamais combler ce gouffre d’insolence mais je veux par le monde sauver ces âmes en peine. Il a suffit d’un soupir, pour que ses pensées s’atténuent, la petite Zoé, montre son premier signe de lassitude. Elle n’avait qu’une seule envie dormir au chaud ; le monde entier ne saurait réchauffer son petit corps frêle. D’un geste, Josué la prend dans ses bras et regarde tendrement s’assoupir ce trésor abandonné à l’heure où le monde fait valser ses lumières. 

Malgré son vieux manteau des mauvais temps, Josué sent son corps givré, ses mains chaudes ont perdu leur tendresse pour faire place à la raideur. Lui qui a pourtant connu des périples beaucoup plus difficiles, ressent en son âme ce fardeau épineux que porte sa protégée. La vie n’a pas toujours été tendre, elle est comme une falaise meurtrière qui vous prend au dépourvu et son seul enseignement est la survie. Les réverbères disparaissent au fur et à mesure que nos deux voyageurs se rapprochent, et même si Josué connaît l’issue de cette rencontre il ne peut s’empêcher de l’étreindre encore une fois, comme pour garder un peu d’elle……..

Ceci est un petit extrait de la nouvelle que j’ai écrit lors du concours de nouvelle de l’observatoie du cnes.

Sylvie Porthos

13 août, 2008

Classé dans : Liens — forcat @ 4:16

vivrenotreamour120871830293art1.jpgJe voudrais te dire ces maux que je ressens

pour t’épargner l’absence de mes baisers

mais je ne sais jamais comment faire pour te protéger

je me souviens de ce premier baiser, de ce baiser vierge qui nous emballait,

et je ne saurais te dire aujourd’hui que j’en reconnaît encore la saveur.

Je n’ai jamais eu peur de te perdre, j’ai surtout eu peur de rencontrer le silence

d’oublier ton existence, car même par inconscience, la colère me fustige parfois d’insolence.

281476839small.jpg

Je voudrais que tu sache que mon coeur palpite de douleurs,

mes lèvres se déssèchent de tes baisers arides

parce que  même sous le vent chaud, j’ai besoin de toi.

Je ne veux plus courir après la vie, je veux qu’elle s’accapare de moiqtvyr7d2.gif

te sentir libre, de m’aimer, de partager, de pardonner, aux êtres qui sont chers

et je veux que tu abandonne la médiocrité qui anéanti ta lumière

le choix est fait, et c’est avec peu de convictions que je veux partager encore une fois

l’Amour que tu veux me donner, mais ne me demande pas de garder ton odeur

je ne suis pas encore prête à faire des concessions intimes.

Si tu cherche la lumière regarde dans ton coeur, le message de ma peine t’adoucira peut être, et j’espère que tu comprendras qu’au fond j’ai perdu un peu de toi.

Je sais que tu ne renonceras pas mais as-tu les armes pour livrer bataille ?

Je ne saurais te révéler l’introuvable, ni même t’avouer l’inconcevable

mais j’engage à nouveau le flambeau immortel d’amour qui porte ton nom

pour que tu demeure dans mes pensées et que mon coeur continue à battre pour toi.

Je veux baisser les armes pour que la guerre n’envahisse plus mon âme

mais je ne peux y parvenir tant que mes yeux s’enflamme.

L’amour que je chéri en moi possède sans aucun doute la lame la plus douloureuse

mais je sais que le poison écarlate de renonciation anéantira tout

parce que je m’aime, je t’aime, et parce que………….

Tu es le trésor d’une vie

le drapeau de mon pavillon à la dérive

et sans toi cette mutinerie me coûtera la vie.

Sylvie Porthos

 

 

 

1 août, 2008

Le Royaume doré

Classé dans : Liens — forcat @ 0:44

amour.jpg 

  Quand tout le monde rêve.

Dans ce monde divisé par la peur.

Je dois y croire.

Parceque ces jours valent qu’on vive.

Je ne veux pas ébranler

Je veux être lier

Nos mains, nos coeurs, ouverts

Regarde

bougie20coeur.jpg

Je ne renoncerais pas toi, ne renonce pas a moi

Ne me laisse pas car je ne veux pas te laisser.

Je ne veux pas te dire au revoir

Je ne veux pas que tu partes.

Je m’allonges aveugle de tes sourires.

Une piqure d’espoir ce dont j’ai besoin.

Je regrettes de ne pouvoir reculer les heures.

Mais au fond je sais que je ne peux pas.

Dit moi qu’il n’est pas trop tard.

Comme le sable sur mes pieds

L’odeur de ton doux parfum sur ma peau.

Tu m’as marqué pour la vie

Je veux pouvoir te caresser

Je veux de tes baisers

Sentir ton souffle

Sentir la vie dans tes mains.

Je crois en toi, j’ai confiance en toi.

On est stigmatisé

Vivons ensemble

Vivons nos vies, je sais qu’on trouvera notre chemin.

Tu es tout ce que je veux

Tu es tout ce dont j’ai besoin

Tu es celle qui me rend fou

Ne m’enlève pas de ta vie

Je ne crains pas mes ennemies.

Nous avons construit des murs

Je veux en battir de nouveaux avec toi

Si tu veux prendre celui que je suis.

Je veux essayer de faire les choses justes

J’ai voulu quelque chose dans ma vie

Et il en vaut la peine de se battre pour.

Comme l’amour t’a fait mienne

Pour la vie je veux me battre pour toi.

Je veux être là quand tu dors.

Je pousserais la foule d’ame tordues

Pour trouver la voie qui me mène a toi.

Je veux rester là ou je suis bien,

Je trouverais l’équilibre

Es tu prètes ?

Un a un

Je veux brillé dans tes yeux

Deux par deux

Nos coeurs liés

Viens voir, contemple ce rève

La vérité libéré, l’amour juste.

Laisse moi te le montrer.

Donne moi la main

Vivons ensemble

Vivons le meilleur

 

couple.gif

Eternellement………………………….je t’aimes et t’aimerais

 

 

 

………………………………hippolyte patrick……………..   :)

 368914661small.jpg

 

Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Franck Bellucci |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes mots...
| leidgens
| Une passionnée...à la plume...