Les maux du coeur

Ce blog est destiné à partager des écrits, poèmes, nouvelles, avec tout le monde

29 juin, 2009

Besoin de toi

Classé dans : Tristesse — forcat @ 2:59

Je te regarde partir

comment t’aimer si tu t’en vas,

si tu t’en vas loin de moi ?

Les larmes me viennent aux yeux

car je sais qu’il me faudra encore attendre pour à nouveau être heureuse.

Le temps me paraît si long loin de tes bras

tes caresse si lointaines,

je ne peux vivre sans toi, sans te dire que Je t’aime, j’ai trop besoin de toi.

Je voudrais…

Classé dans : Tristesse — forcat @ 2:54

Je voudrais ne plus aimer

je voudrais ne plus pleurer

je voudrais oublier

je voudrais y remédier

mais d’une vie de contrainte

je ne peux me libérer

Partir ou mourir ?

par quel chemin y parvenir….

Si…

Classé dans : Espoir — forcat @ 2:51

Si je pouvais te réconforter de tes larmes

si je pouvais te libérer de tes armes

mon coeur n’en serait que comblé.

Si je pouvais t’aimer sans refus

et si le soir je pouvais t’enlacer de bonheur

d’une joie intense mes lèvres bruleraient de ferveur.

Pourtant, tout semble s’éffacer dans la brume de tes oublis

tout semble se disperser aux échos de ta douleur

tout semble désert et sécheresse

car il pleut sur le sable moelleux de ta vie

 

Je te dirais ces mots

Classé dans : Petits mots doux — forcat @ 2:44

Il n’y a pas besoin d’arc en ciel pour dire Je t’aime

il n’y a qu’un coeur à offrir et tu dormiras sur mes paupières quand le cyclone de mes douces chaleurs t’emportera à mon royaume.

Je te dirais que je t’aime quand l’amour se confondra avec l’aurore, et quand tes yeux pleins d’amour imploreront mon corps.

Je te dirais je t’aime quand la vague déferlante de baisers et de désirs s’échouera sur mes lèvres encore tièdes

Je te dirais je t’aime quand assoiffé de passion tu viendras mourir dans mes bras

La rose que tu m’as offerte pleur chaque fois que ton coeur se noie de bonheur.

Accords parfaits

Classé dans : Petits mots doux — forcat @ 2:38

Je n’ai besoin que d’une mélodie pour te savoir amoureuse de mes accords. Je n’ai besoin que de maux pour t’embellir de mots ;la vie est pourtant un dur combat, mais dans tes bras, je découvre chaque jour l’Amour et ses splendeurs.

Ton corps est mien et mes lèvres sont tiennent, nous n’avons besoin que d’une mélodie pour harmoniser nos accords.

19 juin, 2009

Mes petits mots

Classé dans : Petits mots doux — forcat @ 4:20

J’aimerais être une écharpe d’amour

pour te protéger contre les mauvais jours

j’aimerais être le vent

pour te siffloter des mots doux

mais plus que tout j’aimerais être moi-même

pour t’aimer comme on ne t’a jamais aimé.

J’ai perdu mon amour

Classé dans : Tristesse — forcat @ 4:14

J’ai perdu mon amour

comme au fil du jour

fruit doux de mon coeur

ma fleur de bonheur

s’envole à jamais

emportant ma haine.

Notre amour en détresse

il oublie mes caresses

amoureux d’une autre

ma vie est en fraude.

Il ne vit que pour elle

loin de l’hirondelle

s’en allant dans l’insouscience

mais non sans souffrances.

Moi la fleur fanée

mise de côté

oublie la tendresse

bonjour la vieillesse.

Mais vous jeunes roseaux

suivez votre ruisseau

il mènera à l’amour

la nuit et le jour.

Vous gens heureux

soyez généreux.

Je vous offre mes larmes

servez les comme le charme
 

Rêve d’un soir

Classé dans : Amour — forcat @ 4:04

Je rêve tous les soirs

quand les volets sont au noir

de mon bien aimé

qui vient me caresser la joue

soupirant des mots doux

chantant sa joie de m’aimer.

Ses yeux luisent dans la pénombre

s’éclipsent au ciel  où les étoiles jouent dans l’ombre.

J’ai reçu un soir

quand les volets étaient bordés de noir

la caresse de ses douces lèvres

et mon songe ne fut que fièvre.

La délicatesse de ses mains

repose un instant sur mon corps

quand au fil du temps je soupire de mon songe.

J’ai voulu un jour m’envoler avec montrésor

mais l’entrevue de mes yeux désireux

il s’en est retourné à son essor

m’adressant un dernier soupir malheureux.

Porthos sylvie – 1989

 

Persécution

Classé dans : Tristesse — forcat @ 3:55

Je voudrais ne rien t’avoir dit

et mourir pour ne plus sourire

car enfermée dans la seule attente de pouvoir t’aimer

mon coeur est submergé de vagues que je ne peux contrôler.

T’aimer au loin je ne peux

souffrir encore je ne le veux

le malheur me poursuit

et la douleur me détruit.

Pourquoi m’oublies-tu ?

ne vois-tu pas que je souffre !

sans regrets et sans oublis

je m’en irais là où le soleil se couche

là où mon coeur règnera en paix.

Dis moi que je n’étais rien pour toi,

dis moi que tu m’aimeras

dis moi que jamais tu n’as versé de larmes

mais ne me dis plus jamais de cesser de t’aimer.

Porthos sylvie

 

Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Franck Bellucci |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes mots...
| leidgens
| Une passionnée...à la plume...