Les maux du coeur

Ce blog est destiné à partager des écrits, poèmes, nouvelles, avec tout le monde

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 19 juin 2009

19 juin, 2009

Mes petits mots

Classé dans : Petits mots doux — forcat @ 4:20

J’aimerais être une écharpe d’amour

pour te protéger contre les mauvais jours

j’aimerais être le vent

pour te siffloter des mots doux

mais plus que tout j’aimerais être moi-même

pour t’aimer comme on ne t’a jamais aimé.

J’ai perdu mon amour

Classé dans : Tristesse — forcat @ 4:14

J’ai perdu mon amour

comme au fil du jour

fruit doux de mon coeur

ma fleur de bonheur

s’envole à jamais

emportant ma haine.

Notre amour en détresse

il oublie mes caresses

amoureux d’une autre

ma vie est en fraude.

Il ne vit que pour elle

loin de l’hirondelle

s’en allant dans l’insouscience

mais non sans souffrances.

Moi la fleur fanée

mise de côté

oublie la tendresse

bonjour la vieillesse.

Mais vous jeunes roseaux

suivez votre ruisseau

il mènera à l’amour

la nuit et le jour.

Vous gens heureux

soyez généreux.

Je vous offre mes larmes

servez les comme le charme
 

Rêve d’un soir

Classé dans : Amour — forcat @ 4:04

Je rêve tous les soirs

quand les volets sont au noir

de mon bien aimé

qui vient me caresser la joue

soupirant des mots doux

chantant sa joie de m’aimer.

Ses yeux luisent dans la pénombre

s’éclipsent au ciel  où les étoiles jouent dans l’ombre.

J’ai reçu un soir

quand les volets étaient bordés de noir

la caresse de ses douces lèvres

et mon songe ne fut que fièvre.

La délicatesse de ses mains

repose un instant sur mon corps

quand au fil du temps je soupire de mon songe.

J’ai voulu un jour m’envoler avec montrésor

mais l’entrevue de mes yeux désireux

il s’en est retourné à son essor

m’adressant un dernier soupir malheureux.

Porthos sylvie – 1989

 

Persécution

Classé dans : Tristesse — forcat @ 3:55

Je voudrais ne rien t’avoir dit

et mourir pour ne plus sourire

car enfermée dans la seule attente de pouvoir t’aimer

mon coeur est submergé de vagues que je ne peux contrôler.

T’aimer au loin je ne peux

souffrir encore je ne le veux

le malheur me poursuit

et la douleur me détruit.

Pourquoi m’oublies-tu ?

ne vois-tu pas que je souffre !

sans regrets et sans oublis

je m’en irais là où le soleil se couche

là où mon coeur règnera en paix.

Dis moi que je n’étais rien pour toi,

dis moi que tu m’aimeras

dis moi que jamais tu n’as versé de larmes

mais ne me dis plus jamais de cesser de t’aimer.

Porthos sylvie

 

Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Franck Bellucci |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes mots...
| leidgens
| Une passionnée...à la plume...