Les maux du coeur

Ce blog est destiné à partager des écrits, poèmes, nouvelles, avec tout le monde

22 mai, 2008

Classé dans : Liens — forcat @ 16:57

untitled.bmpNous sommes,

deux esprits qui se rencontrent,

deux coeurs qui se cherchent

cachés dans la pénombre de la vie.

Nous sommes deux êtres délaissés qui s’écroulent,

se construisent, se démolissent,

ivres de fondations solides.

Nos lèvres se complaisent de sentiments

nos mains se frôlent, se caressent,

saisissant au vol la tendresse

et nos yeux ont gardé prisonnier

l’étendu de lhorizon.

Rien n’est plus beau que ces mots que tu m’as dit quand tu te sentais si sot.

C’est à travers tes rivages que je me suis saisi de ton ancre

parée à embarqué pour une destination inconnue

soumise au voeu de satisfaire te désirs.

Le temps nous reprend sans affronts dans les bras de la vie

pour éteindre le froid de nos larmes

et je ne doute pas que nous avons les armes

car même si aujourd’hui tout chavire

il nous appartient de le dire,

car nous avons appris la bible de notre vie sans souiller nos souvenirs.

Le feu qui nous a nourrit d’espérance

a su enraciner la délivrance

et chaque sourire que tu me donne est une fleur de ce jardin innocent

chaque larme, une épine déchirante qui nous sépare

mais je crois en toi, en nous,

parce que le soleil se lève toujours du côté de ceux qui rêvent.

sylvie Porthos

 

 

 

 

 

 

Et si tu étais ma résurrection…

Classé dans : Liens — forcat @ 16:29

495135574small.jpgIl m’a éveillé à la vie

sorti du lit de la mort qui m’avait enseveli

il a assombrit les cauchemards de mes nuits

et m’a déposé dans les bras de la vie.

Je me suis endormi dans le lit amer qui m’avait enlevé à la vie

sans répits, sans bougies,

j’ai lutter de toute mon âme

pour ne pas suivre la belle dame.

Silencieuse, elle s’enfuit un peu plus

chaque fois que je caresse le ciel

et que l’amour me chuchotte que je ne vis plus avec elle.

Porthos sylvie

Et si tu étais ma mère…

Classé dans : Liens — forcat @ 15:45

10610.jpgIl n’y a rien de plus doux qu’une mère

de plus précieux que son Amour

il n’y a rien de plus tendre que la chaleur de ses bras

que la délicatesse de ses gestes

Il n’y a rien de plus triste que de voir pleurer sa mère

de plus touchant que de la prendre dans ses bras

pourtant ici ou ailleurs

une mère est souvent un rêve inachevé

qui s’écoule doucement à travers nos pensées

et même si le rêve trouble notre réalité

la liberté d’être mère c’est aussi la liberté de se laisser aimer

quelque soit les maux, les passions, les dangers

c’est le seul rocher inaccessible qui donne la vie.

canopée

 

Statue de coeur

Classé dans : Liens — forcat @ 15:25

5f72ugm0.gifJ’ai défait les lacets de ton coeur

pour capturer avec délicatesse

la flamme qui fait chavirer mon coeur.

J’ai défait la couture de tes lèvres

pour envelopper tes mots

dans une soie parfumée.

j’ai cousu les plaies béantes de ton coeur

pour saupoudré ton corps de ma présence

et j’ai façonné ton être

pour y bâtir le temple de notre AMOUR.

Rien ne t’enlèvera à moi

tu es cette partie de moi

qu’aucun Roi ne convoitera

tu es cette partie de moi

qui veut croire en toi.

16 avril, 2008

Classé dans : Liens — forcat @ 0:40

959873.jpgles mots m’étranglent d’amour quand tu roucoule furtivement la passion des beaux jours, et je ne me lasse de penser à ces instants merveilleux où Dieu m’a donné de te connaître ivre d’impatience.

Je n’ai pas gardé la clé de ma cellule, j’ai juste oublié d’y renoncer pour ouvrir une fenêtre sur la vie, la mort, l’amour, et tout mon être frissonne de cette vérité car aujourd’hui je suis née, dans ton corps, dans tes rêves, immaculée de passion sans enchaîner la raison.

J’ai enfoui la rage indescente qui meurtrissait les rideaux de ma vie pour réssucité des instants oubliés. Il n’y a pas de feu dont je ne sois plus amoureuse, tantôt dévorée, tantôt consumée du vertige insolent du plaisir.

Tu es l’ombre féconde qui surgit, qui s’empare de moi, qui se laisse choir à mes pieds implorant ma bonté. Tu es l’oeuvre qui illumine mon royaume, rayonnant à chaque instants sur les méandres de ma vie, ce bijou que je ne saurais protéger sans l’enfermer dans la pénombre de mon être.

Je suis le soldat qui combat, impassible devant l’injustice, assoiffé de victoires, qui guette ta venue le soir. Ce parfum éphémère qui sollicite tes sens sans la moindre indulgence, s’imprègne chaque jour sur ta peau et je ne sais par quel sortilège t’en privé.

Si tu es ma légende, je ne peux qu’être ton héro, car à ce jour les épisodes de notre amour n’ont pas de fin. Volontaire ou non nous sommes cette pélicule invisble qui s’assemble sans un bruit.

 

13 avril, 2008

Douce vérité

Classé dans : Liens — forcat @ 12:29

 vign5.jpg

Nulle n’est plus difficile a entendre que la vérité.

Elle ne peut être une chimère inventé.

La vérité est le reflet de toute sincérité.

La vérité c’est que Dieu nous a donné la liberté de nous guider .

La vérité est une lame.

La vérité,vivre l’amour sans Amour
est une offense à son âme.

La vérité n’est point une trahison.

La vérité n’est pas le mensonge que l’on massère .

La vérité c’est que je vous aime et fais de mon mieux .

La vérité c’est que vous puissier refuser le cadeau de Dieu « le pardon ».

Il n’est plus le temps ou l’amertume de cette trahison pouvait causer du tort.

La vérité c’est que ce temps est mort.

La vérité c’est qu’un homme tente d’ouvrir les portes de l’espoir.

La vérité c’est la véracité de ces mots.

La vérité c’est que le temps est son ennemie et son allié.

La vérité c’est que je n’ai point l’intention de vous trahir.

La vérité est une demande en suspend qui j’espère franchira les porte de la réalité.

La vérité c’est que je vous attends tendrement.

La vérité est que l’Amour est une énergie créatrice.

Et ce n’est qu’avec vous que je souhaite et désire la partager.

…………………………………………………………………………………………………………… :) :) …………. ;)

Mes mots…

Classé dans : Liens — forcat @ 7:18

untitled.bmpC’est fou comme j’ai peur

peur de cette vérité

peur de me sentir étranger

j’ai ouvert les yeux dans la nuit

et je crois que depuis

j’ai peur que tu m’ai trahi.

J’ai ouvert les yeux

tu n’étais plus là

absent de notre nid

je ne sais pas mais tu vois

ce n’est pas la première fois

et au fond de moi seule la colère rugit

l’absence me démuni

mais même sans âme je continue de croire

qu’il y a une place pour moi

quelque part loin du dute, loin de ce sentiment perpétuel

et je ne saurais te dire combien de temps encore je t’aimerais

mais je sais que bientôt le chant de l’oiseau s’éteindra

il n’y aura plu que ce silence, cette absence qui désarme

loin de tes regards.

23 mars, 2008

Confidence

Classé dans : Liens — forcat @ 3:10

j’ai noyé mon amour dans tes yeux de velours et je n’ai cessé de te désirer depuis que tu m’as quitté. Je t’aime, l’ardeur consume mon impatience, tout me rappelle cette douce chaleur que j’éprouvais dans tes bras, ton image est gravée là, immortelle, comme un pacte que l’on scelle et il n’est pas un jour où je ne pense à toi.

Tu as batit autour de moi ta forteresse pour que jamais je ne succombe au charme d’un autre et pourtant l’amour m’a enfanté de liberté. Je suis ivre de lui, prisonnière de ses baisers, captive de ses mots doux. Pas une note fausse, pas un cri, pas un bruit, la solitude s’est enfuie quand il a poussé les portes de ma vie.

Même loin de toi, tu es là, blotti tendrement dans mes entrailles caressant mon coeur quand il pleure. Où es-tu mon amour? délivre moi de ton absence, j’ai peur de perdre patience, peur que tu te lasse, pour laisser place à l’ignorance.

canopée

22 mars, 2008

Dis moi…

Classé dans : Liens — forcat @ 19:16

coeuretepe1.jpgDis moi qe tu m’aimes

dis moi que tu saignes

mais ne me dis jamais d’oublier.

Dis moi que tu meurs

dis moi que ton âme et le chagrin sont soeurs

mais ne me dis jamais que tu pleurs.

Dis moi que tu vis

dis moi que tu oubli

mais ne me demande pas d’avoir confiance

tous tes mensonges m’ennuie.

Canopée

Paroles

Classé dans : Liens — forcat @ 18:58

922376.jpgCueillez lui les mots qi lui collent à la bouche

baisez tendrement ses lèvres

et remerciez-la de tendresse chaque matin

en lui offrant en toute quiétude, en tout amour,

ce que vous avez de plus précieux : Votre amour.

123456
 

Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Franck Bellucci |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes mots...
| leidgens
| Une passionnée...à la plume...